Hervé Penot, journaliste à l’Equipe (France) envisage la CAN avec beaucoup d’optimisme.

« Sur le premier match contre le Maroc, on a pu avoir un aperçu de ce que va être cette coupe d’Afrique en Côte d’Ivoire. Il est vrai que la volonté de fermer toutes les rues autour du stade Houphouët-Boigny longtemps à l’avance a causé des désagréments. Mais par la suite les choses sont vite rentrées dans l’ordre, surtout lors du match contre l’Afrique du Sud. On sait que c’était pour faire des essais.

Je n’ai aucun doute sur le succès de cette édition 2023 qui va se jouer en 2024.
J’ai trouvé des membres du COCAN d’une grande efficacité, très professionnels et toujours prêts à aider dans toutes les circonstances. J’ai trouvé cela très intéressant. Tout comme l’idée de mettre en relation des journalistes avec des équipes pour la Côte d’Ivoire.

Maintenant, j’attends de voir le système qui sera utilisé, par exemple, le système de bus pour ramener les journalistes d’Abidjan à Bouaké, à Yamoussoukro, s’il y a un match à 17h ou à 20h.

Et puis il y a Ebimpé qui est une autre préoccupation. Ce stade pourra-t-il offrir la pelouse que l’on souhaite en si peu de temps ? L’entrepreneur nous a donné des assurances. On  croise les doigts. »