Désireuse de rejoindre le Maroc et l’Algérie au palmarès de la CAN, la Tunisie vit un véritable cauchemar à domicile, pour la deuxième fois après 1965. Les Aigles de Carthage ne franchissent pas la phase de poules. Le format de la compétition adopté deux ans plus tôt est conservé.

Le Gabon et la Sierra Leone sont à leur première participation. La sélection zambienne, décimée par un accident d’avion quelques mois plus tôt aux larges du Gabon, parvient à se hisser en finale, sous la houlette du Ballon d’or africain Kalusha Bwalya (un des rares rescapés de la tragédie).

Mais, le plus fort, c’est bien le Nigeria, qui remporte son deuxième titre.